ANSMFIS | Association de parrainage d'enfants en Inde et à Madagascar

Présentation de l'Inde du Sud

 

 

 

Voici la carte des 10 centres que

nous aidons en Inde du Sud

 

Carte de l'Inde centres PDF

 

 

 

 

 

INDE PAYS SAGE ET SECRET


Capitale : New Delhi 
Superficie : 3 165 596 km2
Population : 1 065 070 600 habitants
- Urbaine : 28%
- Rurale : 72%
Espérance de vie : 64 années
Mortalité infantile : 5.8%
Taux d’alphabétisation : 56%
Langues : 24 langues différentes.
Religion : Hindouisme 80%
- Islam 14%
- Christianisme 2.4%
- Sikkisme 2%
- Bouddhisme 0.7%
- Jaïnisme 0.5%
- Autres : 0.4%
Politique : République Fédérale, démocratie parlementaire. 
Droit de vote : suffrage universel à 18 ans.
Economie : PIB 510 177 millions de US $
PIB par habitant : 490 US $
Exportation : produits agricoles, textiles, machines produits chimiques, articles en cuir, bijoux et pierres gemmes.
Importation : pétrole brut, matières premières, biens de consommation.
Industries : sidérurgie, métallurgie, textile, pétrochimie, agroalimentaire, matériel de transport, dérivés de pétrole.
Agriculture : Riz, blé, oléagineux, coton, thé, canne à sucre, pomme de terre, bananes.
Elevage : bovins, buffles, ovins, caprins, volailles.
Ressources naturelles : charbon, gaz naturel, pétrole, fer, manganèse, mica, bauxite, chromite, magnésite, plomb, zinc,or, argent.



L'Inde possède de nombreux monastères entièrement consacrés à l'étude du Védanta, et les exercices spirituels de pénétration du mystère de la vie s'y pratiquent sans interruption depuis le IXè siècle.

Voici l'histoire de Shankaracharya, le fondateur du Brahmanisme moderne, appellation dont on se sert parfois pour désigner l'hindouisme.

Vers le VIIè siècle de l'ère chrétienne, le Bouddhisme avait dégénéré en un vrain formalisme. Dans toute l'Inde de nouveaux prédicateurs surgirent et rallumèrent la flamme de la spiritualité, et soixante-dix ans ne s'étaient pas écoulés qu'apparut le plus grand d'entre eux : shankaracharya. Jeune brahmane à peine âgé de seize ans, il entreprit sa campagne intellectuelle contre la dégénérescence du bouddhisme. Sa croisade débuta dans le sud de l'Inde, son lieu de naisance. Avant sa vingtième année, il avait triomphé des maîtres bouddhistes en séance publique. Comme convenu avant les débats, le vaincu acceptait la religien du vainqueur. (1)

Cinq ans plus tard, Shankaracharya avait fait la conquête de l'Inde entière. Peu de temps avant de mourir à trente-deux ans, il avait établi son ordre monacal dans tous les principaux centres du pays, et une nouvelle vie spirituelle continua à se développer autour de ces noyaux.

L'essence de la doctrine de Shankaracharya se trouve dans le Védanta. Pour connaître son système, il suffit de lire la Védanta Sûtra. Le monde entier admet que le Védanta est un des principaux systèmes philisophiques connus. Comme toute philisophie de premier ordre, il peut être résumé en quelques mots.

Le Védanta prouve que l'individu, le Jivâtma, peut devenir un avec l'Etre universel : Paramâtma.
Mais à cette vérité primordiale, tous les êtres ne peuvent parvenir par la même voie expérimentale. Chaque âme possède en elle-même une technique propre à elle seule, lui permettant d'atteindre l'union avec le Suprême. Un homme arrivera à réaliser son identité en adorant Krishna, un autre en suivant le Christ, un troisième par l'idolâtrie. La tolérance est dès lors le principe de Védanta.

Ayant reconnu à chacun le droit de choisir la voie qui mène à Dieu, Shankaracharya prit soin de créer une méthode de méditation et de concentration, permettant à tout être d'intelligence supérieure d'atteindre son idéal spirituel. Dans les monastères de Shankara, la science de la méditation est enseignée aux esprits avancés, comme la physique ou la chimie le sont aux jeunes gens dans les laboratoires Américains.

(1) Le Bouddhisme : 
La doctrine de bouddha est, que le sort des êtres humains dans cette vie est conditionné par les actes de la vie antérieure, que toute mauvaise action est punie et que toute bonne action est toujours récompensée. Qu'on ne peut obtenir de ne point renaître que par des actes bienfaisants, et que s'ils se détachent de toute passion, les êtres humains obtiendront la délivrance ou le salut (NIRVANA) qui est le but suprême proposé aux efforts de l'homme.
Le bouddhisme est une réforme de l'hindouisme comme le protestantisme dans le christianisme. L'hindouisme adhère aussi à la théorie du Bouddha sur le karma et la réincarnation.

Aimez-vous notre association ?

0
Partages

Aimez-vous ce que vous avez lu ?

Partagez-le autour de vous !

0
Partages